Toxic love – Tome 1

  • Auteur : Coco Row
  • Editeur : Editions de l’Opportun
  • Collection : Nisha et caetera
  • Date de parution : 28 mai 2020

Résumé : La recette pour créer un philtre d’amour existe bien…

Camellia Daléchamps est une scientifique heureuse… Et pour cause ! Elle vient de découvrir, au hasard de ses lectures, la recette du philtre d’amour qu’elle espère bien entendu produire dans son laboratoire…

Cachée depuis des siècles dans une fable écrite par une étrange marquise, cette recette n’a plus aucun secret pour Camellia. La jeune femme n’a désormais qu’une seule obsession : partir à la recherche de ses ingrédients. Et ce n’est pas une mince affaire !

Direction le Tibet ! Première étape d’une longue quête. Guidée par Bishal, un jeune népalais séduisant, elle part à la recherche du champignon chenille, premier ingrédient de son philtre d’amour.

Suivez Camellia sur les chemins escarpés de sa découverte prometteuse et découvrez sa personnalité, ses blessures, ses histoires d’amour, son secret et ses intentions parfois inavouables.

La quête ne fait que commencer…

Mon avis

Je crois que c’est la première fois pour moi que je lisais une romance écrite par un homme, et cela m’a intriguée. C’est également le premier roman que je lisais publié par Nisha et cætera, et c’était une jolie découverte !

Dans cette histoire, on suit Camellia, une scientifique qui part en voyage afin de trouver les ingrédients nécessaires pour réaliser un philtre d’amour.

J’ai adoré la plume de l’auteur, qui rend l’histoire vraiment addictive. Les chapitres sont d’une longueur parfaite puisqu’ils ne sont pas trop longs, et c’est ce que je préfère. La romance est assez prévisible mais elle n’arrive que très tard dans le roman, alors cela m’a plu puisque vous savez que j’aime les romances slow burn. J’ai également beaucoup apprécié le fait qu’elle passe vraiment au second plan : on suit une histoire principale, celle du voyage de Camellia, et la romance se passe en fond. Cela change des livres où l’histoire tourne principalement autour de la romance, avec une histoire de fond, je ne suis pas très claire, mais je pense que vous comprendrez ce que je veux dire !

L’histoire nous fait vraiment voyager, et c’est un énorme point positif à mes yeux ! J’ai trouvé que les descriptions des paysages et des lieux que visite Camellia étaient parfaites, j’avais presque l’impression d’y être, et c’est vraiment quelque chose que j’attends lorsque l’histoire nous parle d’un voyage. On découvre à la fois un autre pays, mais également une nouvelle culture, et un style de vie très différent du notre, qui m’a totalement transportée.

Côté personnage, j’ai eu un peu de mal avec celui de Camellia, je n’ai pas vraiment réussi à m’attacher à elle et ce jusqu’à la fin du roman. Je ne me suis en aucun point identifiée à elle mais étonnamment, cela ne m’a pas trop empêchée de me plonger dans l’histoire malgré tout. J’espère quand même que mon ressenti vis-à-vis d’elle sera meilleur dans le deuxième tome, ce qui me permettra je pense d’apprécier d’autant plus l’histoire.

Ce tome m’a totalement donné envie de découvrir le deuxième et le troisième, que je pense me procurer dès que je le pourrai. L’histoire est originale, et je vous la conseille si vous chercher une romance qui sort un peu de l’ordinaire.

Est-ce que ce roman vous tente ?

Grisha

  • Auteur : Leigh Bardugo
  • Editeur : Milan
  • Collection : Grishaverse
  • Date de parution : 11 octobre 2017

Résumé : OMBRE. GUERRE. CHAOS.
Un royaume envahi par les ténèbres.
Une élite magique qui se bat sans relâche contre ce mal.
Des citoyens envoyés en pâture aux créatures qui peuplent le Shadow Fold.
Parmi eux : Alina Starkov.
ESPOIR. DESTINÉE. RENOUVEAU.
L’avenir de tous repose sur les épaules d’une orpheline qui ignore tout de son pouvoir.
L’Invocatrice de lumière.

Mon avis

Cela faisait très longtemps que j’avais envie de découvrir cette histoire, après tous les avis positifs que j’ai pu entendre à son propos, et je voulais surtout le faire avant la sortie de la série sur Netflix ! Alors nous avons décidé avec ma copine Laura (@dejoliespages sur Instagram) de lire ce premier tome en lecture commune pour pouvoir échanger dessus.

Dans ce roman, nous découvrons l’histoire d’Alina Starkov, une jeune fille ayant grandi dans un orphelinat avec son ami Mal, et qui ignore l’immense pouvoir qu’elle détient : elle est l’invocatrice de lumière. Elle le découvrira en essayant de protéger son ami d’enfance, et sera alors emmenée à Os Alta afin de suivre une formation et apprendre à gérer son pouvoir.

J’ai beaucoup aimé ce premier tome, on rentre rapidement dans l’histoire qui est tout de suite très prenante ! J’avais un peu peur au début d’être perdue entre tous ces noms de personnages et de villes, mais finalement on s’y fait très vite. L’histoire est vraiment fluide et addictive, le roman se lit à une vitesse folle ! On évolue dans un univers bien mis en place par l’auteure, et j’avoue que la petite carte au début du roman est un vrai plus afin de bien situer chaque ville et d’avoir une vraie vue d’ensemble sur les lieux cités dans le livre, je m’y suis très souvent référée.

Je suis tout de suite tombée sous le charme du Darkling, ce personnage charismatique et aux multiples facettes. J’avoue m’être fait avoir assez facilement, malgré tout ce que j’ai pu entendre à son propos sur Bookstagram (oui, c’est ça de lire une saga 1000 ans après tout le monde) ! Pour le personnage d’Alina, même si elle m’a quelque peu agacée par moment, je me suis tout de même attachée à elle. J’ai par contre eu plus de mal avec le personnage de Mal (il porte bien son nom tiens !), et la romance entre lui et Alina m’a fait lever les yeux au ciel tellement elle était prévisible, et j’avoue qu’elle ne m’emballe pas du tout… J’espère qu’elle ne continuera pas dans les prochains tomes !

Pour conclure, j’ai passé un très bon moment de lecture avec ce premier tome, et j’ai hâte de découvrir la suite, en espérant pouvoir me la procurer avant la sortie de la série, ce serait vraiment génial !

Et vous, que pensez-vous de cette saga que tout le monde semble aimer ? Avez-vous hâte que la série sorte sur Netflix ?

Dilemme

  • Auteur : Julie Giraud
  • Éditeur : Auto-édité
  • Date de parution : 16 décembre 2020

Résumé : Félicie, écrivaine, part pour l’Irlande pour prendre une bouffée d’air frais dans une vie où elle a l’impression d’étouffer. En apparence Félicie a une vie parfaite, un mari et des enfants qui l’aiment et une vie professionnelle réussi. Elle ne s’intègre pas réellement dans la vie de sa famille et n’arrive plus à écrire. En arrivant à sa chambre d’hôte, elle tombe nez à nez avec son ami d’enfance Connor. Vingt ans auparavant, ils étaient amis. Ils ont grandi ensemble puis leurs chemins se sont séparés. Que s’est-il vraiment passé pour en arriver à une séparation radicale aussi longue? Chacune des personnes impliqués a sa propre version. Félicie et Connor vont pouvoir se remémorer le passé et nous pourrons découvrir leurs points de vue. Peut-on construire un bonheur avec ses proches, lorsque nous ne sommes pas heureux ? Le hasard existe-t’il dans la vie ? Comment sommes-nous censés tourner la page sur le passé quand il nous hante ?

Mon avis

Cette histoire a du potentiel, l’idée est vraiment intéressante et le résumé m’a tout de suite attirée. Malheureusement, j’ai eu du mal à lire ce roman en raison de son écriture et des nombreuses fautes que l’on peut y trouver.

Dans ce livre, on va suivre Félicie, une auteure souffrant du syndrome de la page blanche qui va partir se ressourcer en Irlande afin de retrouver l’inspiration. Là-bas, elle va croiser Connor, son ami d’enfance qu’elle n’a pas vu depuis 20 ans, et dont elle était amoureuse à l’époque.

Avec ce voyage en Irlande, je m’attendais à de magnifiques descriptions de paysages, je pensais voyager avec notre personnage principal, mais ce ne fut malheureusement pas le cas. Je suis triste de ne pas avoir retrouvé l’ambiance cottage irlandais que j’espérais, et qui me tentait tellement avec ce roman.

Je n’ai absolument pas réussi à m’attacher au personnage de Félicie, que je n’ai tout simplement pas compris. Sa façon d’être, de s’exprimer, rien ne me correspondait chez elle. J’ai un peu plus apprécié le personnage de Connor, mais seulement parce qu’il m’a parfois touchée, notamment en raison des agissements malhonnêtes de sa femme.

Pour ce qui est de la plume de l’auteure, j’avoue avoir été très incommodée par les fautes d’orthographe, de conjugaison et les répétitions de mots dans le roman. L’auteure utilise très peu les synonymes, ce qui rend la lecture très lourde puisque certains mots se répètent sur plusieurs lignes d’affilées. De plus, je pense que le livre a vraiment manqué de relecture et de corrections, puisqu’il manque très souvent des mots dans les phrases, ou bien ces dernières ne veulent simplement rien dire…

Par respect pour l’auteure, parce que c’est un service presse, je l’ai lu jusqu’à la fin. Mais j’avoue que c’était extrêmement compliqué de se concentrer durant cette lecture. Je suis vraiment désolée pour l’auteure, mais j’ai toujours été honnête avec vous, et j’ai rarement lu un roman si compliqué, écrit avec autant de fautes, alors je ne peux malheureusement pas vous le conseiller…

Ce roman vous tente-t-il malgré tout ? Arrivez-vous à passer au dessus des fautes d’orthographe et les lourdeurs lorsque vous lisez ?

Scrap Metal – Deux mondes à l’opposé

  • Auteur : Jana Rouze
  • Editeur : Hugo Roman
  • Collection : New Romance
  • Date de parution : 8 octobre 2020

Résumé du premier tome : Tout commence par une lettre laissée à la hâte par un mort.

Trois mots inscrits d’une écriture tremblante livrent le nom d’un homme public et une ville.

Pour Sauvage, l’ancien sectateur qui la reçoit, c’est la fin d’une existence pitoyable : celle d’un enfant enlevé à l’âge de cinq ans, vendu à une secte réputée parmi les plus dangereuses. Il va pouvoir retrouver le jumeau dont il a été séparé, combler le vide de son existence, et se venger.

Entre la lettre et sa vengeance, il y a la fille de l’homme qui a été dénoncé.

Hope n’appartient pas à son monde.

Dans ses yeux de sectateur, c’est une Wog, une étrangère du monde extérieur.

Sectateurs et Wogs ne se mélangent pas, ne se touchent pas. Jamais.

Sauf quand leur malheur est étroitement lié.

Mon avis


Avant toute chose, si vous n’avez pas lu le premier tome de la série, je vous conseille de ne pas lire cet avis qui risque de vous spoiler !

Même si j’ai eu du mal à rentrer dans ce second tome, ayant oublié quelques détails du premier roman, j’ai adoré ce livre !

Dans cette suite, Hope et Sauvage évoluent chacun de leur côté afin de se reconstruire après les événements de fin du premier tome. Mais ils ne peuvent s’empêcher de penser l’un à l’autre, malgré la haine qui les anime.

J’ai adoré avoir de nombreuses révélations au sujet des personnages, mettre fin au suspens qui régnait à la fin du premier tome. On découvre également ce qui est arrivé au frère de Sauvage, et j’avoue que je ne m’attendais vraiment pas à cela !

Comme pour le premier tome, je n’ai pas hésité à mettre des post-its dans le roman aux moments où il y avait des explications ou des révélations afin de pouvoir m’en souvenir, ou de retrouver plus facilement un passage dont je ne me souviens plus. Ce tome est moins complexe à lire que le précédent, puisque nous avons beaucoup moins d’explications au sujet des sectes, mais j’ai quand même parfois eu un peu de mal à suivre l’enquête que je trouve assez compliquée (surtout quand on a pas le premier tome sous la maison pour se rappeler les événements précédents). Mais cela ne m’a pas empêchée d’apprécier ma lecture !

J’ai été assez embêtée au début de voir que le roman parlait du coronavirus… Cela me dérangeait car il prend déjà tant de place dans notre vie actuelle, il nous gâche tellement la vie que je n’avais vraiment pas envie de le retrouver dans une histoire. Quand je lis un livre, c’est pour m’évader, et l’évocation du virus me ramenait un peu trop dans la réalité… Mais dans les remerciements, Jana Rouze explique pourquoi elle parle du covid dans son histoire, et j’avoue que cela m’a fait changer d’avis, j’ai compris pourquoi elle s’était sentie obligée de l’intégrer à son roman et j’ai trouvé cela plutôt logique finalement.

Côté personnages, j’ai toujours un peu de mal avec celui de Hope, que je n’arrive pas toujours à comprendre.. Cette histoire d’amour semble relativement malsaine au vu de ce que chaque famille a fait à l’autre… Malgré tout, on voit que les deux personnages sont vraiment attirés et s’aiment véritablement. J’ai réussi à m’attacher un peu plus au personnage de Sauvage que je trouve touchant. Il a vécu des choses terribles, mais tente tout de même de se reconstruire malgré la fin supposée pour lui.

J’ai très hâte de découvrir la suite de la saga qui sort au mois de mars ! Je remercie les éditions Hugo Roman pour cet envoi, le dernier de mon partenariat avec eux. Je les remercie pour cette année riche en merveilleuses lectures, et j’espère pouvoir réitérer cette expérience l’année prochaine.

Est-ce que vous lisez la saga Scrap Metal ? Sinon, est-ce qu’elle vous tente ?

Everywhere with you

  • Auteur : Phoenix B. Asher
  • Editeur : Hugo Roman
  • Collection : New Romance
  • Date de parution : 3 décembre 2020

Résumé : Après avoir tourné le dos à son ancienne vie dans la jeunesse dorée de Chicago, Shad vit dans un van aménagé. Il voyage de ville en ville, son appareil photo toujours à portée de main. Ce qui le fait vibrer : dénicher des lieux abandonnés, et figer les mystères qu’ils recèlent…

La prochaine étape de son périple, West Baltimore, où les maisons abandonnées ne manquent pas depuis que la crise économique a frappé les Etats-Unis.

Cependant, lorsqu’il revient à son véhicule après son exploration, un passager clandestin l’y attend. Sam, c’est ainsi qu’elle se présente, veut quitter la ville au plus vite sans pouvoir payer les transports. Acceptera-t-il de partager la route avec elle ? Que fuit-elle à Baltimore ?

Mon avis

Ce roman a été une jolie découverte. On nous promet un voyage à travers les Etats-Unis, et c’est un pari réussi ! Si j’ai mis du temps à le lire en raison de mon emploi du temps, cela ne m’a pas empêchée d’adorer ma lecture !

Dans Everywhere with you, on découvre Sam, une adolescente qui s’est enfuie de sa famille d’accueil où elle était constamment maltraitée. Elle se cache dans le van de Shad afin de fuir le plus loin possible de Baltimore sans avoir à payer le voyage, n’ayant pas d’argent. Shad accepte alors de la conduire dans sa ville natale.

Je connaissais déjà la plume de Phoenix B. Asher que j’avais découverte en 2019 avec sa romance de Noël : Unexpected Christmas, que j’avais beaucoup aimée. C’était un plaisir de pouvoir la redécouvrir dans ce roman qui est vraiment addictif, l’histoire est fluide et bien menée !

Le résumé nous promet un road trip, de l’urbex, et ce thème est parfaitement exploité ! J’ai adoré voyager avec les personnages, découvrir les lieux à travers leurs yeux, tout était très bien décrit et c’était un vrai plaisir à lire ! On voit que l’auteure a mené de longues recherches afin d’enrichir son livre d’explications sur les lieux que les personnages visitent, et c’est vraiment appréciable.

J’ai pu lire dans plusieurs avis sur Instagram que la différence d’âge entre les deux personnages avaient pu choquer certaines personnes, en particulier parce qu’il s’agissait d’un mensonge de la part de Sam. Pour le coup, cela ne m’a pas dérangée puisque Shad finit par l’apprendre et sa façon de réagir par rapport à cette situation est vraiment honnête.

En parlant des personnages, je me suis plus facilement attachée à Shad qu’à Sam, avec qui cela a mis plus de temps mais que j’ai quand même finit par apprécier. J’avoue avoir été un peu agacée par ses façons de réagir vis-à-vis de Shad, en particulier quand ce dernier lui offrait des cadeaux par exemple. Elle m’a parue un peu ingrate sur le coup, je ne l’ai vraiment pas comprise. Pour Shad, j’ai aimé le voir se démener afin de s’en sortir, c’est un personnage très attachant.

J’ai cependant été un peu dérangée par la fin, les retrouvailles entre les personnages m’ont parues légèrement bancales. Cela n’a pas gâché ma lecture, mais j’avoue que j’aurais peut-être préféré qu’ils se revoient d’une autre manière. Malgré tout, j’ai beaucoup aimé l’épilogue et la façon de penser de Sam, qui n’est pas commune dans les New Romance.

Je vous recommande vraiment ce roman si vous aimez voyager et si vous avez envie de découvrir l’urbex et l’histoire de certains lieux fantômes des Etats-Unis qui sont vraiment très bien décrits dans cette histoire. Je remercie Hugo Roman pour l’envoi de ce livre.

Est-ce que ce roman vous tente ?

Sex not love

  • Auteur : Vi Keeland
  • Editeur : Hugo Roman
  • Collection : New Romance
  • Date de parution : 3 décembre 2020

Résumé : Natalia et Hunter sont d’accord sur une chose : ils ne souhaitent pas se lancer dans une relation sérieuse.

Natalia sort d’un relation qui a mis à mal sa confiance en la gent masculine : l’homme qui partageait sa vie est en prison pour escroquerie et lui a laissé sa fille adolescente à élever. Alors quand elle rencontre Hunter lors du mariage d’amis communs, elle admet volontiers qu’il lui plaît assez pour passer une nuit avec lui mais elle ne souhaite pas aller plus loin. Surtout qu’il vit en Californie alors qu’elle réside à New York.

Mais elle va de nouveau croiser Hunter qui doit passer quelques semaines dans sa ville et il semble toujours attiré par elle. Pourquoi ne pas entamer une relation simple, sexuelle, pour leur plaisir mutuel ?

Natalia cède à la tentation même si elle sait qu’elle prend le risque de s’attacher à un Hunter au charme irrésistible et plus mystérieux qu’elle ne le pensait.

Mon avis

J’aime beaucoup la plume de Vi Keeland, alors ce roman fut une très bonne lecture, même si quelques petits détails m’ont un peu dérangée.

Dans Sex not love, on découvre Natalia et Hunter, qui se rencontrent au mariage de leurs meilleurs amis. Ils tombent tous les deux sous le charme l’un de l’autre, mais entre eux les choses sont claires, il n’y aura que du sexe, et rien de plus, Natalia ayant beaucoup souffert de sa relation précédente, et Hunter cachant un secret qui l’empêche de se laisser aller à tomber amoureux.

J’avais un peu peur en commençant cette lecture, parce que j’ai entendu beaucoup d’avis plutôt mitigés. Pour ma part, ce livre fut une bonne lecture. La plume de Vi Keeland est toujours aussi addictive, c’est une auteure que j’aime beaucoup, et dont j’ai lu pas mal de livres maintenant. Le roman se lit assez rapidement, les chapitres sont de parfaite longueur pour moi.

J’ai beaucoup aimé suivre l’histoire de Natalia et de sa belle-fille. J’ai trouvé que les choses étaient bien construites et cohérentes. Les personnages sont attachants et même si j’avais du mal avec celui d’Izzy au début du livre, elle m’a finalement émue, c’est une jeune fille bien plus mature que ce que l’on peut penser au début de l’histoire. Le personnage d’Hunter m’a aussi beaucoup touchée de par son passé, et le secret qu’il cache. J’ai aimé lire les chapitres en lien avec son frère et son ancienne petite amie. On comprend mieux le fait qu’il ne veuille pas plus que du sexe avec Natalia, cependant je trouve que son insistance envers elle est donc incohérente avec sa façon d’agir.

C’est ce qui m’a légèrement agacée : que Hunter fasse tout pour se rapprocher de Natalia et vivre quelque chose avec elle, tout en sachant pertinemment que cela n’ira pas plus loin que le sexe. A quoi bon s’acharner si ce n’est qu’une histoire de coucheries ? On pourrait se dire que c’est pour son ego, et parce que le fait que Natalia lui résiste lui donne encore plus envie de l’avoir, c’est un schéma que l’on voit dans beaucoup d’histoire. Mais pas ici, vu sa façon d’agir avec elle, on sent qu’il y a plus, qu’il est vraiment sous son charme et attaché à elle, et j’avoue que j’ai trouvé cela un petit peu incohérent.

Des petits détails m’ont également dérangée, comme la scène de la jarretière au début du roman par exemple. Je pense que tout le monde connait la tradition de la jarretière retirée à la mariée durant la fête du mariage, tout comme le lancer du bouquet. Cependant dans le livre, l’auteure nous parle de la « suite » de ces traditions, qui consiste à ce que l’homme qui a attrapé la jarretière l’enfile à la femme qui a attrapé le bouquet, et cette partie m’a fait tiquer. En effet, si les mariés ont choisi d’honorer la tradition de la jarretière, c’est leur décision puisqu’ils ont eu le temps d’y réfléchir avant leur mariage, mais pour la suite, j’ai trouvé qu’il s’agissait d’une étape bien trop intrusive, et dérangeante. Cette scène qui devait nous montrer l’alchimie présente entre les deux personnages m’a plus mise à l’aise qu’autre chose…

Malgré ces petits détails, je ressors quand même contente de cette lecture, j’ai un avis plus positif sur ce livre que ce que j’imaginais. Je remercie les éditions Hugo Roman pour cet envoi.

Quel est votre livre préféré de Vi Keeland ? Est-ce que Sex not love vous tente ?

Mount série – L’empire du mal

  • Auteur : Meghan March
  • Editeur : Hugo Roman
  • Collection : New Romance
  • Date de parution : 4 décembre 2020

Résumé du premier tome : Vous ne connaissez pas mon nom, mais je contrôle tout ce que vous voyez et tout ce que vous ne voyez pas. Mon pouvoir n’a pas de limites et mes envies sont toujours satisfaites.

Elle ne sait pas qu’elle a attiré mon attention. Elle aurait dû être plus prudente. Elle va m’appartenir. Il est temps de récupérer ce qu’on me doit. Keira Kilgore, vous êtes maintenant la propriété de Lachlan Mount.

La combinaison de l’action, du suspense et des relations torrides des protagonistes fait de ce livre une lecture divertissante et captivante !

Mon avis

Avant toute chose, si vous n’avez pas lu les tomes précédents de la série, je vous conseille de ne pas lire cet avis qui risque de vous spoiler !

Si le premier tome avait été une grosse déception, j’avais légèrement préféré le deuxième, et j’en attendais beaucoup de ce troisième tome. Au final, c’est celui-ci que j’ai préféré, comme je l’espérais, même si on est très loin du coup de coeur. J’ai apprécié ma lecture, mais je n’étais pas non plus extrêmement emballée.

Dans ce tome, on découvre la suite des événements après l’accident de voiture dont sont victimes Lachlan et Keira, qui va mener à des règlements de comptes.

Dans ce tome, on fait fasse à de nombreux rebondissements, à des réponses, et j’avoue avoir plutôt apprécié le rythme que cela donnait à l’histoire. On a des réponses quant à la façon dont Mount est arrivé au pouvoir, et j’ai aimé en apprendre plus sur son passé de cette façon. Je ne m’attendais pas du tout à la tournure qu’a pris l’histoire, et c’est ce qui a fait que ce tome est celui que j’ai préféré, parce qu’il m’a surprise, mais aussi parce qu’un certain rebondissement m’a quelque peu tenue en haleine.

On fait face à un personnage féminin qui ne se laisse plus faire, qui s’impose enfin, et c’est appréciable ! On découvre que finalement, Lachlan a un coeur, qu’il n’est pas le monstre que l’on laisse paraitre dans les premiers tomes. Malgré tout, cela ne me fait pas oublier sa façon de traiter Keira au début de l’histoire. A cause de cela, je n’ai pas réussi à m’attacher à leur histoire d’amour, que j’ai trouvé basée sur trop d’irrespect. Même si j’ai apprécié voir l’évolution des sentiments entre eux, ainsi que l’évolution de leurs mentalités, ce n’est pas un couple que je garderai dans mon coeur, loin de là.

Mon avis globale sur les trois tomes est donc vraiment mitigé. J’ai trouvé la saga trop vulgaire, dérangeante et en particulier dans le tome 1. Ce n’est pas une saga que je relirai, ça c’est sur. Malgré tout, je peux vous la conseiller si vous aimez les dark romances. Je remercie Hugo Roman pour l’envoi de ce dernier tome.

Est-ce que la saga vous tente ? Ou si vous l’avez lue, l’avez-vous aimée ?

Coupable ! I love you

  • Auteur : Isa Lawyers
  • Editeur : Hugo Roman
  • Collection : New Romance
  • Date de parution : 12 novembre 2020

Résumé : Sarah est une jeune avocate parisienne totalement dévouée à son travail, au grand dam de sa famille. De tous les combats, elle n’hésite pas à se mettre régulièrement son boss et ses collègues machos à dos pour défendre ses convictions. Lorsque sa secrétaire, souffrante, ne peut assurer un rendez-vous dans un palace, Sarah accepte de prendre sa place, convaincue de dévoiler un adultère scandaleux… et tombe sur un inconnu aussi beau qu’inattendu.

Dès leur première rencontre, l’univers de Sarah bascule. Persuadée avoir trouvé l’amour de sa vie, elle est prête à tout pour continuer à le voir. Elle troque alors ses Converse pour des talons hauts, met de côté son identité pour vivre son idylle, et le mensonge s’installe.

Mais peut-elle vraiment remiser au placard ses valeurs pour un homme qui ne la connaît pas, au risque de se perdre ?

Mon avis

Avant de commencer cette chronique, je tiens à dire que tout ce qui s’y trouve est mon propre ressenti, ce livre est loin d’être mauvais à mes yeux, il y a du positif et du négatif, et je vais essayer d’être la plus constructive possible dans mon avis, comme toujours.

Dans ce roman, on suit Sarah, une avocate féministe dans un cabinet parisien rempli de machos, mais dans lequel elle ambitionne tout de même de devenir associée. Un jour, elle va devoir se rendre à un rendez-vous à la place de sa secrétaire Véra, qui a du être emmenée d’urgence à l’hôpital. Elle rencontre alors Hélias, dont elle tombe tout de suite amoureuse, tout en découvrant les activités cachées de sa secrétaire. Vont alors s’en suivre pleins de péripéties entre les deux jeunes gens, Sarah étant une amoureuse de l’amour, mais Hélias refusant de tomber amoureux du fait d’avoir trop souffert dans sa vie.

Parlons déjà de la plume de l’auteure, que j’ai trouvé relativement fluide. Côté addictivité, j’avoue que j’avais toujours envie de lire quelques pages en plus le soir avant de dormir, mais à la fois, le livre étant très long, j’ai fini par me « lasser » un peu de l’histoire. J’avais l’impression à la fin de vraiment lire pour le finir vite, plutôt que par envie de connaître la fin. Je pense qu’il aurait été plus agréable de raccourcir légèrement le roman (en enlevant une ou deux disputes qui créent finalement des longueurs et qui n’étaient pas indispensables).

L’histoire partait à la fois du bon pied parce que je trouvais l’idée originale, mais également du mauvais pied parce que j’ai trouvé que tout allait beaucoup trop vite dès le début. Vous le savez maintenant, j’aime les histoires d’amour qui prennent leur temps, or dans ce livre, Sarah est déjà folle amoureuse après même pas une semaine, ce qui était beaucoup trop rapide à mes yeux. J’ai cependant trouvé la rencontre entre les deux personnages assez originale (même si c’est quelque chose que je n’aurais jamais pu faire !), pas très réaliste, mais originale. L’histoire regorge de rebondissements, ce qui donne vraiment envie de toujours lire plus, mais qui entrainent également une histoire de « Je t’aime moi non plus » qui a parfois créé quelques longueurs. J’ai trouvé les comportements des personnages un peu agaçants puisque qu’ils ne cessent de répéter qu’ils ne veulent plus l’un de l’autres puis se retombent dans les bras 10 pages plus loin.

J’ai été assez exaspérée par le comportement d’Hélias qui rejette Sarah pour venir se coller à elle 2 heures plus tard… J’ai trouvé ses façons d’agir très incohérentes voir malsaines. Ça devient vraiment agaçant au fil de l’histoire, parce que c’est très répétitif. J’ai également été choquée par toutes les phrases sexistes qu’il a pu prononcer, et au comportement de Sarah vis-à-vis de cela. En effet, la jeune femme est censée être une grande féministe, on peut voir tout au long du roman qu’elle défend énormément la cause des femmes, et le fait qu’elle s’efface presque lorsque Hélias lui parle de cette manière m’a assez déçue. Ses réactions ne collaient pas avec le personnage qu’elle était censée représenter. J’ai trouvé que c’était également le cas par rapport à ses jugements envers Véra, qui sont assez contradictoires avec son féminisme.

C’est dommage que le comportement de Sarah ne soit pas toujours en accord avec tout ce qu’elle représente, puisque ce roman aborde et défend des sujets importants comme le féminisme, la prostitution, les violences faites aux femmes, et j’ai adoré les voir abordés dans une romance, et de manière originale. Je trouve vraiment intéressant le fait que l’auteure se soit attaquée à ces thèmes, et malgré tout, la plupart du temps, elle les défend tout de même très bien !

Je pense que ce roman pourrait plaire à beaucoup de personnes. Pour ma part il n’a pas été une mauvaise lecture, j’ai juste relevé pas mal de petits points qui m’ont un peu dérangée, et je l’ai trouvé un peu trop long, mais l’histoire en elle-même m’a beaucoup plu. Je remercie Hugo Roman pour cet envoi.

Est-ce que ce roman vous tente ?

Tout va bien

  • Auteur : Nina LaCour
  • Editeur : Hugo Roman
  • Collection : New Way
  • Date de parution : 12 novembre 2020

Résumé : Marine n’a plus reparlé à personne de son ancienne vie, du jour où elle est partie sans regarder derrière elle. Personne ne connaît la vérité sur les dernières semaines qu’elle a passées au lycée. Pas même sa meilleure amie, Mabel. A des centaines de kilomètres de la côte Ouest californienne, dans son université new- yorkaise, la vie de Marine est une lutte de chaque instant pour oublier la tragédie qui lui a fait perdre son grand-père, sa seule famille.

Des mois plus tard, enfermée seule dans sa résidence universitaire pour les vacances d’hiver, elle attend. Mabel vient lui rendre visite, et Marine sera bien obligée d’affronter les non-dits et le mur de solitude et de tristesse dans lequel elle a enfermé son cœur…

Mon avis

Je n’ai malheureusement pas été emballée par cette histoire, que j’ai trouvé assez plate. Il ne se passe pas grand chose tout au long du livre et ça a été une petite déception pour moi.

Dans ce roman, on découvre Marine qui n’a parlé à personne de la tragédie qui a bouleversé sa vie quelques mois plus tôt, même pas à sa meilleure amie. Cette dernière vient alors lui rendre visite au moment des vacances de Noël, bien décidée à la ramener avec elle en Californie.

Si j’avais bien aimé le premier roman que j’ai lu de Nina LaCour en milieu d’année, Tiens bon, j’ai eu beaucoup de mal avec Tout va bien. La plume de l’auteure est fluide et poétique, mais malheureusement l’histoire ne m’a pas tenue en haleine comme je l’aurais aimé. J’ai eu l’impression de totalement passer à côté de ce que l’auteure tentait de me faire ressentir. Certaines questions sont également restées totalement en suspens, et j’ai trouvé cela dommage.

Il s’agissait de ma toute première lecture avec une romance F/F, homosexuelle tout court d’ailleurs. J’ai malheureusement trouvé que la romance n’était pas assez exploitée. Puisque la relation entre les deux jeunes femmes est terminée dans le présent, et qu’on ne peut la voir que dans les chapitres mettant en scène le passé, on a du mal à réellement s’attacher à ce couple, en sachant qu’il n’a pas tenu bon. De plus, j’ai trouvé qu’elles ne dégageaient pas grand chose toutes les deux. Cela m’a tout de même donné envie de découvrir de nouvelles romances F/F.

Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Je pense que la froideur de Marine n’y était pas pour rien. J’ai trouvé qu’elle ne dégageait malheureusement aucune émotion, alors qu’elle a pourtant un passé compliqué et douloureux, mais elle n’a vraiment pas réussi à me toucher. On a pas mal d’informations à son sujet, sur son passé, ce qui fait que son personnage est relativement approfondi, mais malgré cela, il m’a quand même manqué beaucoup pour m’attacher à elle.

Malgré que ce roman fut une déception, cela ne m’a en rien enlevé l’envie de découvrir de nouvelles romances F/F, alors si vous en connaissez de bonnes, n’hésitez pas à me donner leurs titres en commentaire. Je remercie Hugo Roman pour l’envoi de ce roman.

Lisez-vous des romances F/F ? Êtes-vous tenté par Tout va bien ?

Love & rehab

  • Auteur : Jay Crownover
  • Editeur : Hugo Roman
  • Collection : New Romance
  • Date de parution : 12 novembre 2020

Résumé : Elle ne le connaissait presque pas, pourtant, elle a été la seule à voir les signaux d’alerte. Cable James McCaffrey, si cool et populaire, est un junkie au bord de l’auto-destruction. Affton a trop souffert de l’addiction de sa propre mère pour ne pas au moins donner l’alerte, aussi odieux soit ce garçon.

Quand la mère de Cable apprend qu’une personne est assez folle pour se préoccuper sincèrement de son fils, elle s’empresse de faire une proposition à Affton : passer l’été en compagnie de Cable dans une villa du bord de mer et s’assurer qu’il ne retombe pas dans la drogue. Un service qu’elle saura payer suffisamment généreusement pour permettre à Affton d’étudier dans l’université de ses rêves.

Comment refuser ? Affton en est incapable, même en sachant pertinemment que Cable va détester ce projet. Et, surtout, qu’il est susceptible de développer chez elle une tout autre forme d’addiction, peut-être plus dangereuse encore…

Mon avis

J’ai tout de suite été happée par l’histoire. Le roman commence par une introduction de Jay Crownover dans laquelle elle nous avoue s’être inspirée par ce qu’elle a pu vivre dans le passé avec son ancien petit ami pour écrire ce livre. Cette confession m’a d’autant plus donné envie de le découvrir. Bien que l’histoire ne soit pas des plus originales, puisque l’on se retrouve à suivre un bad boy ancien drogué, et une jeune fille major de sa promo, sage comme une image, qui vont tomber amoureux, elle fait quand même son petit effet, et j’avoue que même si ce n’est pas un coup de coeur, j’ai vraiment adoré ce roman !

Dans Love & Rehab, on va suivre le personnage de Cable qui vient de sortir d’une cure de désintoxication précédée d’un séjour en prison. Sa mère aillant peur qu’il retombe dans ses anciens travers en retrouvant sa liberté, engage à force de chantage Affton, une ancienne camarade de classe, afin de veiller sur lui durant tout l’été. Cette dernière devra s’assurer que Cable ne prennent aucune drogue, ni aucun alcool, et qu’il honorera chaque semaine ses rendez-vous avec son thérapeute. Mais la jeune femme n’est pas ravie de se retrouver une fois de plus en compagnie d’une personne addict, ayant vu sa mère mourir quelques années auparavant d’une overdose…

C’était pour moi une redécouverte de la plume de Jay Crownover, puisque j’avais lu le premier tome de Wild men il y a très très longtemps maintenant, et j’ai adoré. Je l’ai trouvé très addictive et dynamique, l’histoire était fluide et bien construite. L’auteure aborde un sujet important qui est l’addiction aux drogues, et elle le fait avec brio. On voit rapidement qu’elle se représente vraiment dans le personnage d’Affton au vu de ses réactions, de ses façons d’agir. Elle lui a donné un passif émouvant qui nous fait vite comprendre qu’elle sait de quoi elle parle.

L’histoire se passe au bord de la mer, et j’ai adoré l’ambiance que cela donnait au roman, on s’y serait presque crus tant l’auteure arrive à nous plonger facilement dans son univers. Bon, j’avoue par contre m’être plusieurs fois énervée en lisant des passages où Cable jette ses mégots dans le sable, ça m’a un peu insupportée, en particulier à une époque où notre planète a tant besoin que l’on fasse attention à elle. Je pense que ce n’est vraiment pas un bon exemple et que l’auteure n’aurait pas dû inclure ce genre de gestes dans son récit, cela dévalorise son personnage qui tente pourtant de devenir meilleur.

En parlant justement des personnages, j’ai aimé pouvoir suivre l’évolution de Cable, on voit qu’il fait vraiment tout son possible pour s’en sortir, il a une grande détermination et ses blessures passées le rendent si émouvant et attachant (bon, même s’il jette ses mégots dans le sable !). On a vraiment envie de l’aider à s’en sortir, le soutenir. Affton est également touchante. Elle a vécu la perte de sa maman à cause des drogues et on voit qu’elle veut vraiment aider Cable à s’en sortir, même si elle le déteste au début du roman, sa bienveillance prime sur ses sentiments envers lui.

La romance prend son temps, elle n’arrive qu’à la moitié du roman et ça permet de voir la tension entre Cable et Affton grandir, mais également de les voir développer des sentiments l’un pour l’autre, et j’ai adoré !

Ce roman m’a encore plus donné envie de découvrir les Marked Men, dont les 2 premiers tomes trainent dans ma PAL depuis un bon moment ! Je pense qu’il serait temps de les sortir, parce que j’entends énormément de bien de ces livres, et je pense qu’ils pourront vraiment beaucoup me plaire ! Je remercie Hugo Roman pour l’envoi de cette jolie romance.

Avez-vous déjà lu ce roman ? Qu’en avez-vous pensé ou sinon, est-ce qu’il vous tente ?